L'histoire des 3 moines et du rire

 

"J'ai entendu l'histoire de trois mystiques chinois dont jamais personne n'a connu les noms. Ils étaient connus comme "les trois moines rieurs", car ils ne faisaient que ça, rire, tout simplement.

 

Ces trois hommes étaient vraiment magnifiques dans leur rire, avec leurs ventres qui tremblotaient. Cela devenait contagieux, tout le monde se mettait à rire; la place du marché tout entière se mettait à rire.

Alors que quelques instants plus tôt c'était un endroit hideux, où les gens ne pensaient qu'à l'argent ; soudain les trois fous arrivaient et transformaient toute l'ambiance du marché. Tous oubliaient qu'ils étaient venus là pour acheter ou vendre. Ils oubliaient toute avidité, et durant quelques secondes, un nouveau monde s'ouvrait.


Les trois moines voyagèrent à travers toute la Chine, de place en place, de village en village, simplement pour aider les gens à s'égayer. Des gens tristes, des gens furieux, des cupides ou des jaloux : tous se mettaient à rire avec eux. Et nombreux sont ceux qui ont découvert la clé : la transformation possible.

Un jour, dans un village, il advient que l'un d'entre eux mourut. Les villageois se rassemblèrent et dirent : "Là; cela va poser un problème ; nous verrons s'ils peuvent encore rire. Leur ami est mort ; ils vont certainement pleurer".

 Mais les deux autres arrivèrent en dansant, en riant, en célébrant la mort. Les villageois s'exclamèrent : "cette fois-ci, c'en est trop ; lorsqu'un homme meurt c'est un sacrilège de rire et de danser".

Toute notre vie nous avons ri avec lui, répondirent-ils. Comment pourrions-nous lui dire un dernier adieu? Nous devons rire, nous devons nous réjouir, nous devons célébrer. C'est le seul adieu possible pour un homme qui a ri toute sa vie. Nous ne considérons pas qu'il soit mort ; comment le rire peut-il mourir, comment la vie peut-elle mourir ?

Puis comme le corps devait être brûlé. Nous lui donnerons un bain comme le rituel le prescrit, dirent les villageois.

Non, répliquèrent les deux moines, notre ami nous a dit :

"Ne faites aucun rituel, ne me changez pas mes habits, ne me donnez pas de bain. Mettez-moi tel sur le bûcher".

 

Aussi devons-nous suivre ses instructions."

Et soudain, il se produit un grand événement. Lorsque le corps fut placé sur le brasier, le vieil homme joua son dernier tour : il avait rempli ses vêtements de feux d'artifice ! Soudain ce fut un véritable festival et tout le village se mit à rire ! Ses deux fous d'amis dansaient et tout le village se mit à danser.

Ce n'était pas un mort mais une vie nouvelle."

Carte du Tarot de la Transformation d'Osho


Le rire est important à toutes les étapes de la vie, enfants nous savions rire aux éclats, devenus grand, rire devient moins facile, dommage car le rire c’est la vie. Même lorsque l’un de nos  proches meurt, le rire devrait être présent.

Il y a quelques années, ma meilleure amie est décédée un dimanche matin de mai, j’avais, ce matin-là,    une séance de yoga du rire prévue dans le cadre d’activités au sein de la commune de Fernelmont.
Les exercices de rire m’ont aidée à laisser monter en moi le rire. J’ai pu lui dire au revoir à ma façon. Cette séance restera à jamais gravée en moi, une séance différente mais tellement intense en émotions.

Le rire c’est la vie et la mort.